In this category:

Or see the index

All categories

  1. AUDIO, CINEMA, RADIO & TV
  2. DANCE & PERFORMANCE
  3. DICTIONARY OF IDEAS
  4. EXHIBITION – art, art history, photos, paintings, drawings, sculpture, ready-mades, video, performing arts, collages, gallery, etc.
  5. FICTION & NON-FICTION – books, booklovers, lit. history, biography, essays, translations, short stories, columns, literature: celtic, beat, travesty, war, dada & de stijl, drugs, dead poets
  6. FLEURSDUMAL POETRY LIBRARY – classic, modern, experimental & visual & sound poetry, poetry in translation, city poets, poetry archive, pre-raphaelites, editor's choice, etc.
  7. LITERARY NEWS & EVENTS – art & literature news, in memoriam, festivals, city-poets, writers in Residence
  8. MONTAIGNE
  9. MUSEUM OF LOST CONCEPTS – invisible poetry, conceptual writing, spurensicherung
  10. MUSEUM OF NATURAL HISTORY – department of ravens & crows, birds of prey, riding a zebra
  11. MUSEUM OF PUBLIC PROTEST
  12. MUSIC
  13. PRESS & PUBLISHING
  14. REPRESSION OF WRITERS, JOURNALISTS & ARTISTS
  15. STORY ARCHIVE – olv van de veestraat, reading room, tales for fellow citizens
  16. STREET POETRY
  17. THEATRE
  18. TOMBEAU DE LA JEUNESSE – early death: writers, poets & artists who died young
  19. ULTIMATE LIBRARY – danse macabre, ex libris, grimm & co, fairy tales, art of reading, tales of mystery & imagination, sherlock holmes theatre, erotic poetry, ideal women
  20. WAR & PEACE
  21. ·




  1. Subscribe to new material:
    RSS     ATOM

DRUGS & MEDICINE & LITERATURE

· Charles Baudelaire: Tristesses de la lune · Consequences of Capitalism: Manufacturing Discontent and Resistance by Noam Chomsky (Author), Marv Waterstone (Author) · Charles Baudelaire: Le Beau Navire · Charles Baudelaire: La Béatrice · Charles Baudelaire: Sonnet d’automne · Charles Baudelaire: Le Vin de l’assassin · Charles Baudelaire: Le Revenant · Charles Baudelaire: Sisina · Charles Baudelaire: Tristesses de la lune · Charles Baudelaire: Les Yeux de Berthe · ‘Blue in Green’ gedicht van Paul Bezembinder · Lawrence Weschler: En hoe gaat het met u, dokter Sacks?

»» there is more...

Charles Baudelaire: Tristesses de la lune

 

Tristesses de la lune

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d’une main distraite et légère caresse
Avant de s’endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l’azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d’opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

Charles Baudelaire
(1821 – 1867)
Tristesses de la lune
Fleurs du mal (Flowers of Evil)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Les Fleurs du Mal


Consequences of Capitalism: Manufacturing Discontent and Resistance by Noam Chomsky (Author), Marv Waterstone (Author)

Is there an alternative to capitalism? In this landmark text Chomsky and Waterstone chart a critical map for a more just and sustainable society.

Covid-19 has revealed glaring failures and monstrous brutalities in the current capitalist system. It represents both a crisis and an opportunity. Everything depends on the actions that people take into their own hands.’

How does politics shape our world, our lives and our perceptions? How much of ‘common sense’ is actually driven by the ruling classes’ needs and interests? And how are we to challenge the capitalist structures that now threaten all life on the planet?

Consequences of Capitalism exposes the deep, often unseen connections between neoliberal ‘common sense’ and structural power. In making these linkages, we see how the current hegemony keeps social justice movements divided and marginalized. And, most importantly, we see how we can fight to overcome these divisions.

Is our “common sense” understanding of the world a reflection of the ruling class’s demands of the larger society? If we are to challenge the capitalist structures that now threaten all life on the planet, Chomsky and Waterstone forcefully argue that we must look closely at the everyday tools we use to interpret the world. Consequences of Capitalism make the deep, often unseen connections between common sense and power. In making these linkages we see how the current hegemony keep social justice movements divided and marginalized. More importantly, we see how we overcome these divisions.

“Covid-19 has revealed glaring failures and monstrous brutalities in the current capitalist system. It represents both a crisis and an opportunity. Contests for controlling the narratives around the meaning of this pandemic will be the terrain of struggle for either a new, more humane common sense and society or a return to the status quo ante. The outcome of those contests is uncertain; everything depends on the actions that people take into their own hands.” (From the Afterword)

Noam Chomsky was born in Philadelphia, Pennsylvania, on December 7, 1928. He studied linguistics, mathematics, and philosophy at the University of Pennsylvania. In 1955, he received his Ph.D. from the University of Pennsylvania. Chomsky is Institute Professor (emeritus) in the Department of Linguistics and Philosophy at the Massachusetts Institute of Technology and Laureate Professor of Linguistics and Agnese Nelms Haury Chair in the Program in Environment and Social Justice at the University of Arizona. His work is widely credited with having revolutionized the field of modern linguistics. Chomsky is the author of numerous best-selling political works, which have been translated into scores of countries worldwide. Among his most recent books are Hegemony or Survival, Failed States, Who Rules the World-yet, Requiem for the American Dream, and What Kind of Creatures Are We?

Marv Waterstone is Professor Emeritus in the School of Geography and Development at the University of Arizona, where he has been a faculty member for over 30 years. He is also the former director of the University of Arizona Graduate Interdisciplinary Program in Comparative Cultural and Literary Studies. His research and teaching focus on the Gramscian notions of hegemony and common sense, and their connections to social justice and progressive social change. His most recent books are Wageless Life: A Manifesto for a Future beyond Capitalism (University of Minnesota Press; co-authored with Ian Shaw) and Geographic Thought: A Praxis Perspective (Routledge; co-edited with George Henderson).

Consequences of Capitalism:
Manufacturing Discontent and Resistance
by Noam Chomsky (Author),
Marv Waterstone (Author)
Publisher: ‎ Haymarket Books
Language: ‎ English
400 pages
Publication date: 01/05/2021
ISBN-13: ‎ 978-1642594010
Hardcover $65.00
ISBN-13: 978-1642592634
Paperback $19.95

# more non fiction
Consequences of Capitalism:
Manufacturing Discontent and Resistance
by Noam Chomsky (Author),
Marv Waterstone (Author)
• fleursdumal.nl magazine

More in: - Book Lovers, - Book Stories, Archive C-D, Archive W-X, DRUGS & MEDICINE & LITERATURE, MONTAIGNE, Noam Chomsky, Workers of the World


Charles Baudelaire: Le Beau Navire

 

Le Beau Navire

Je veux te raconter, ô molle enchanteresse!
Les diverses beautés qui parent ta jeunesse;
Je veux te peindre ta beauté,
Où l’enfance s’allie à la maturité.

Quand tu vas balayant l’air de ta jupe large,
Tu fais l’effet d’un beau vaisseau qui prend le large,
Chargé de toile, et va roulant
Suivant un rythme doux, et paresseux, et lent.

Sur ton cou large et rond, sur tes épaules grasses,
Ta tête se pavane avec d’étranges grâces;
D’un air placide et triomphant
Tu passes ton chemin, majestueuse enfant.

Je veux te raconter, ô molle enchanteresse!
Les diverses beautés qui parent ta jeunesse;
Je veux te peindre ta beauté,
Où l’enfance s’allie à la maturité.

Ta gorge qui s’avance et qui pousse la moire,
Ta gorge triomphante est une belle armoire
Dont les panneaux bombés et clairs
Comme les boucliers accrochent des éclairs;

Boucliers provoquants, armés de pointes roses!
Armoire à doux secrets, pleine de bonnes choses,
De vins, de parfums, de liqueurs
Qui feraient délirer les cerveaux et les coeurs!

Quand tu vas balayant l’air de ta jupe large
Tu fais l’effet d’un beau vaisseau qui prend le large,
Chargé de toile, et va roulant
Suivant un rythme doux, et paresseux, et lent.

Tes nobles jambes, sous les volants qu’elles chassent,
Tourmentent les désirs obscurs et les agacent,
Comme deux sorcières qui font
Tourner un philtre noir dans un vase profond.

Tes bras, qui se joueraient des précoces hercules,
Sont des boas luisants les solides émules,
Faits pour serrer obstinément,
Comme pour l’imprimer dans ton coeur, ton amant.

Sur ton cou large et rond, sur tes épaules grasses,
Ta tête se pavane avec d’étranges grâces;
D’un air placide et triomphant
Tu passes ton chemin, majestueuse enfant.

Charles Baudelaire
(1821 – 1867)
Le Beau Navire
Fleurs du mal (Flowers of Evil)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Les Fleurs du Mal


Charles Baudelaire: La Béatrice

 

La Béatrice

Dans des terrains cendreux, calcinés, sans verdure,
Comme je me plaignais un jour à la nature,
Et que de ma pensée, en vaguant au hasard,
J’aiguisais lentement sur mon coeur le poignard,
Je vis en plein midi descendre sur ma tête
Un nuage funèbre et gros d’une tempête,
Qui portait un troupeau de démons vicieux,
Semblables à des nains cruels et curieux.
À me considérer froidement ils se mirent,
Et, comme des passants sur un fou qu’ils admirent,
Je les entendis rire et chuchoter entre eux,
En échangeant maint signe et maint clignement d’yeux:

— «Contemplons à loisir cette caricature
Et cette ombre d’Hamlet imitant sa posture,
Le regard indécis et les cheveux au vent.
N’est-ce pas grand’pitié de voir ce bon vivant,
Ce gueux, cet histrion en vacances, ce drôle,
Parce qu’il sait jouer artistement son rôle,
Vouloir intéresser au chant de ses douleurs
Les aigles, les grillons, les ruisseaux et les fleurs,
Et même à nous, auteurs de ces vieilles rubriques,
Réciter en hurlant ses tirades publiques?»

J’aurais pu (mon orgueil aussi haut que les monts
Domine la nuée et le cri des démons)
Détourner simplement ma tête souveraine,
Si je n’eusse pas vu parmi leur troupe obscène,
Crime qui n’a pas fait chanceler le soleil!
La reine de mon coeur au regard nonpareil
Qui riait avec eux de ma sombre détresse
Et leur versait parfois quelque sale caresse.

Charles Baudelaire
(1821 – 1867)
La Béatrice
Fleurs du mal (Flowers of Evil)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Les Fleurs du Mal


Charles Baudelaire: Sonnet d’automne

 

Sonnet d’automne

Ils me disent, tes yeux, clairs comme le cristal:
«Pour toi, bizarre amant, quel est donc mon mérite?»
— Sois charmante et tais-toi! Mon coeur, que tout irrite,
Excepté la candeur de l’antique animal,

Ne veut pas te montrer son secret infernal,
Berceuse dont la main aux longs sommeils m’invite,
Ni sa noire légende avec la flamme écrite.
Je hais la passion et l’esprit me fait mal!

Aimons-nous doucement. L’Amour dans sa guérite,
Ténébreux, embusqué, bande son arc fatal.
Je connais les engins de son vieil arsenal:

Crime, horreur et folie! — Ô pâle marguerite!
Comme moi n’es-tu pas un soleil automnal,
Ô ma si blanche, ô ma si froide Marguerite?

Charles Baudelaire
(1821 – 1867)
Sonnet d’automne
Fleurs du mal (Flowers of Evil)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Les Fleurs du Mal


Charles Baudelaire: Le Vin de l’assassin

 

Le Vin de l’assassin

Ma femme est morte, je suis libre!
Je puis donc boire tout mon soûl.
Lorsque je rentrais sans un sou,
Ses cris me déchiraient la fibre.

Autant qu’un roi je suis heureux;
L’air est pur, le ciel admirable…
Nous avions un été semblable
Lorsque j’en devins amoureux!

L’horrible soif qui me déchire
Aurait besoin pour s’assouvir
D’autant de vin qu’en peut tenir
Son tombeau; — ce n’est pas peu dire:

Je l’ai jetée au fond d’un puits,
Et j’ai même poussé sur elle
Tous les pavés de la margelle.
— Je l’oublierai si je le puis!

Au nom des serments de tendresse,
Dont rien ne peut nous délier,
Et pour nous réconcilier
Comme au beau temps de notre ivresse,

J’implorai d’elle un rendez-vous,
Le soir, sur une route obscure.
Elle y vint — folle créature!
Nous sommes tous plus ou moins fous!

Elle était encore jolie,
Quoique bien fatiguée! et moi,
Je l’aimais trop! voilà pourquoi
Je lui dis: Sors de cette vie!

Nul ne peut me comprendre. Un seul
Parmi ces ivrognes stupides
Songea-t-il dans ses nuits morbides
À faire du vin un linceul?

Cette crapule invulnérable
Comme les machines de fer
Jamais, ni l’été ni l’hiver,
N’a connu l’amour véritable,

Avec ses noirs enchantements,
Son cortège infernal d’alarmes,
Ses fioles de poison, ses larmes,
Ses bruits de chaîne et d’ossements!

— Me voilà libre et solitaire!
Je serai ce soir ivre mort;
Alors, sans peur et sans remords,
Je me coucherai sur la terre,

Et je dormirai comme un chien!
Le chariot aux lourdes roues
Chargé de pierres et de boues,
Le wagon enragé peut bien

Ecraser ma tête coupable
Ou me couper par le milieu,
Je m’en moque comme de Dieu,
Du Diable ou de la Sainte Table!

Charles Baudelaire
(1821-1867)
Le Vin de l’assassin
(poème)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Baudelaire, Charles


Charles Baudelaire: Le Revenant

 

Le Revenant

Comme les anges à l’oeil fauve,
Je reviendrai dans ton alcôve
Et vers toi glisserai sans bruit
Avec les ombres de la nuit;

Et je te donnerai, ma brune,
Des baisers froids comme la lune
Et des caresses de serpent
Autour d’une fosse rampant.

Quand viendra le matin livide,
Tu trouveras ma place vide,
Où jusqu’au soir il fera froid.

Comme d’autres par la tendresse,
Sur ta vie et sur ta jeunesse,
Moi, je veux régner par l’effroi.

Charles Baudelaire
(1821-1867)
Le Revenant
(poème)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Baudelaire, Charles


Charles Baudelaire: Sisina

 

Sisina

Imaginez Diane en galant équipage,
Parcourant les forêts ou battant les halliers,
Cheveux et gorge au vent, s’enivrant de tapage,
Superbe et défiant les meilleurs cavaliers!

Avez-vous vu Théroigne, amante du carnage,
Excitant à l’assaut un peuple sans souliers,
La joue et l’oeil en feu, jouant son personnage,
Et montant, sabre au poing, les royaux escaliers?

Telle la Sisina! Mais la douce guerrière
À l’âme charitable autant que meurtrière;
Son courage, affolé de poudre et de tambours,

Devant les suppliants sait mettre bas les armes,
Et son coeur, ravagé par la flamme, a toujours,
Pour qui s’en montre digne, un réservoir de larmes.

Charles Baudelaire
(1821-1867)
Sisina
(poème)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Baudelaire, Charles


Charles Baudelaire: Tristesses de la lune

 

Tristesses de la lune

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu’une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d’une main distraite et légère caresse
Avant de s’endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l’azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d’opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.

Charles Baudelaire
(1821-1867)
Tristesses de la lune
(poème)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Baudelaire, Charles


Charles Baudelaire: Les Yeux de Berthe

 

Les Yeux de Berthe

Vous pouvez mépriser les yeux les plus célèbres,
Beaux yeux de mon enfant, par où filtre et s’enfuit
Je ne sais quoi de bon, de doux comme la Nuit!
Beaux yeux, versez sur moi vos charmantes ténèbres!

Grands yeux de mon enfant, arcanes adorés,
Vous ressemblez beaucoup à ces grottes magiques
Où, derrière l’amas des ombres léthargiques,
Scintillent vaguement des trésors ignorés!

Mon enfant a des yeux obscurs, profonds et vastes,
Comme toi, Nuit immense, éclairés comme toi!
Leurs feux sont ces pensers d’Amour, mêlés de Foi,
Qui pétillent au fond, voluptueux ou chastes.

Charles Baudelaire
(1821-1867)
Les Yeux de Berthe
(poème)

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive A-B, Baudelaire, Baudelaire, Charles


‘Blue in Green’ gedicht van Paul Bezembinder

Paul Verlaine drinkt absint in een Café.
(Foto van Paul François Arnold Cardon a.k.a. Dornac, 1892)

 

Blue in Green

Je vindt uiteindelijk je vrouw
en in het coloriet van wouw
en wede stuit je op verdriet.

De insecten vliegen af en aan,
in goud, smaragd en malachiet,
hun schaduw rillend van cyaan.

En in de luister van de vliet,
in het gefluister van het riet,
dient nieuwe poëzie zich aan.

Paul Bezembinder

 

Paul Bezembinder studeerde theoretische natuurkunde in Nijmegen. In zijn poëzie zoekt hij in vooral klassieke versvormen en thema’s naar de balans tussen serieuze poëzie, pastiche en smartlap. Zijn gedichten (Nederlands) en vertalingen (Russisch-Nederlands) verschenen in verschillende (online) literaire tijdschriften. Voorbeelden van zijn werk zijn te vinden op zijn website: www.paulbezembinder.nl

• fleursdumal.nl magazine

More in: Archive A-B, Archive U-V, Bezembinder, Paul, Opium-Eaters, Verlaine, Paul


Lawrence Weschler: En hoe gaat het met u, dokter Sacks?

Begin jaren tachtig ontmoette Lawrence Weschler de toen nog hard aan de weg timmerende Oliver Sacks in New York.

Het was een onzekere periode voor de jonge neuroloog: Sacks’ eerste boek Ontwaken in verbijstering was tien jaar eerder al verschenen, maar hij had het grote publiek nog niet bereikt.

Met de jaren groeide Sacks’ bekendheid en werd de vriendschap tussen hem en Weschler hechter. Op zijn sterfbed vroeg Sacks zijn goede vriend of hij zijn verhaal zou willen optekenen. Dit boek is het resultaat van dat verzoek.

In En hoe gaat het met u, dokter Sacks? brengt Weschler Sacks’ extravagante persoonlijkheid prachtig tot leven. We worden teruggevoerd naar Sacks’ jongere jaren vol drugs en turbulentie, volgen hem in zijn werk als neuroloog en schrijver, zien hem patiënten helpen en vrienden vermoeien, en we volgen zijn strijd met medische en wetenschappelijke instellingen om aandacht te krijgen voor zijn belangrijkste bekommernis als neuroloog: de individuele menselijke ziel.

Weschler is erin geslaagd om Sacks’ belangrijkste vraag voor zijn patiënten – Hoe gaat het met u? – terug te kaatsen naar de beroemde neuroloog zelf.

Lawrence Weschler (1952) schreef meer dan twintig jaar voor The New Yorker. Daarnaast gaf hij les aan prominente Amerikaanse universiteiten waaronder Princeton, Columbia, Brown en New York University. Aan de laatstgenoemde universiteit was hij tot 2013 directeur van het New York Institute for the Humanities. Weschlers oeuvre bestaat uit veelgeprezen literaire non-fictie over allerlei politieke en culturele onderwerpen.

En hoe gaat het met u, dokter Sacks?
Lawrence Weschler
Oorspronkelijke titel: And How AreYou, Dr. Sacks?
Paperback
De Bezige Bij 2019
Aantal pagina’s 496
Paperback: 34,99

# new books
And How AreYou, Dr. Sacks?
Lawrence Weschler

• fleursdumal.nl magazine

More in: #Biography Archives, - Book News, - Book Stories, Archive S-T, Archive W-X, In Memoriam, Oliver Sacks, Psychiatric hospitals


Older Entries »

Thank you for reading FLEURSDUMAL.NL - magazine for art & literature