In this category:

Or see the index

All categories

  1. AUDIO, CINEMA, RADIO & TV
  2. DANCE
  3. DICTIONARY OF IDEAS
  4. EXHIBITION – art, art history, photos, paintings, drawings, sculpture, ready-mades, video, performing arts, collages, gallery, etc.
  5. FICTION & NON-FICTION – books, booklovers, lit. history, biography, essays, translations, short stories, columns, literature: celtic, beat, travesty, war, dada & de stijl, drugs, dead poets
  6. FLEURSDUMAL POETRY LIBRARY – classic, modern, experimental & visual & sound poetry, poetry in translation, city poets, poetry archive, pre-raphaelites, editor's choice, etc.
  7. LITERARY NEWS & EVENTS – art & literature news, in memoriam, festivals, city-poets, writers in Residence
  8. MONTAIGNE
  9. MUSEUM OF LOST CONCEPTS – invisible poetry, conceptual writing, spurensicherung
  10. MUSEUM OF NATURAL HISTORY – department of ravens & crows, birds of prey, riding a zebra
  11. MUSEUM OF PUBLIC PROTEST
  12. MUSIC
  13. PRESS & PUBLISHING
  14. REPRESSION OF WRITERS, JOURNALISTS & ARTISTS
  15. STORY ARCHIVE – olv van de veestraat, reading room, tales for fellow citizens
  16. STREET POETRY
  17. THEATRE
  18. TOMBEAU DE LA JEUNESSE – early death: writers, poets & artists who died young
  19. ULTIMATE LIBRARY – danse macabre, ex libris, grimm & co, fairy tales, art of reading, tales of mystery & imagination, sherlock holmes theatre, erotic poetry, ideal women
  20. WAR & PEACE
  21. ·




  1. Subscribe to new material:
    RSS     ATOM

Chambrier, Alice De

· Alice De Chambrier: Évolutions · Alice De Chambrier: Ruines · Alice De Chambrier: Sérénade · Alice De Chambrier: J’aurai vingt ans demain. . . · Alice De Chambrier: Chanson Du Soir

Alice De Chambrier: Évolutions

 

Évolutions

Où sont-ils disparus, les Peuples innombrables,
Autrefois échappés des gouffres du néant.
Pareils aux légions dévorées par les sables
Que la vague dépose au bord de l’Océan ?

Un jour, ils sont venus en conquérants superbes,
Ils ont soumis le globe, ils ont régné sur lui ;
Puis un seul coup de faux qui tranchait le champ d’herbes
Les a plongés soudain dans l’éternelle nuit.

On a vu s’écrouler, leurs pouvoirs séculaires,
Babylone, Ninive, et Thèbes et Memphis ;
Ces cités n’ont laissé que débris éphémères,
Témoins inanimés, argile enseveli.

Dans ces lieux aujourd’hui, vastes déserts stériles,
S’étalaient les splendeurs d’un luxe raffiné.
Et le peuple joyeux qui remplissait les villes
A l’immortalité se croyait destiné.

Il n’a fallu qu’un jour et peut-être qu’une heure
Pour renverser leurs murs, leurs temples et leurs dieux,
Pour faire des palais somptueux la demeure
Des serpents du désert et des oiseaux des cieux.

D’autres ont succédé, rescapés des naufrages ;
D’autres ont recueilli leurs vestiges divers.
Ruines disséminées sur l’Océan des âges,
Épaves d’un vaisseau gisant au fond des mers.

Alors, Art et Science ont entr’ouvert leurs ailes
Comme un aigle superbe au vol capricieux ;
Ils se sont envolés dans des contrées nouvelles
Pour y refaire un nid sous l’éclat d’autres cieux.

Ce fut d’abord l’Asie où l’histoire du monde
Naît sous les verts bosquets de la terre d’Éden,
L’Asie, astre éclatant perçant la nuit profonde
Tel le soleil levant dans l’ombre du matin.

Avec elle l’Afrique et la fertile Égypte
Où le Nil apparaît comme un dieu bienfaisant,
Thèbes et sa nécropole énorme, sombre crypte
D’où les morts assemblés regardaient le présent.

Ils choisirent après, l’Europe, l’Italie,
Ce pays mollement bercé par les flots bleus,
Où, dans le vague écho d’une plainte affaiblie,
L’onde vient expirer sur le sable onduleux.

L’Italie, où semblable à quelque pierre fine
Enchâssée au milieu d’un écrin précieux,
Rome, que soutenait la volonté divine,
Des peuples étonnés éblouissait les yeux.

Elle-même à son tour fut prise et renversée ;
Elle a vu se ternir sa gloire et sa splendeur ;
Ce qu’il reste en ce jour de sa beauté passée
N’est qu’un lointain reflet de sa vieille grandeur.

Puis ce fut tout le Nord de l’Europe ignorée
Qui devint le séjour du savoir et des arts ;
C’est elle maintenant la première contrée,
Et les hommes sur elle attachent leurs regards.

Jusqu’à quand ? — Nul ne sait. Il est un Nouveau Monde
Au-delà des grands flots qui s’accroît jour par jour ;
Sa frontière est immense et sa terre est féconde,
L’Amérique, peut-être, aura demain son tour.

Puis elle passera. — Quelle terre lointaine
Recevra le dépôt par d’autres égaré ?
Dans quelle région, chez quelle race humaine
Luiront encor les feux de ce flambeau sacré ?

Oui ! dans quelque mille ans, dans moins longtemps peut-être,
Où seront nos palais, nos empires, nos lois ? —
Le Temps, ce niveleur farouche, ce grand maître,
Aura tout transformé pour la centième fois.

Et nos belles cités dont nous nous faisons gloire,
Où devaient à toujours se succéder nos fils,
Ne seront plus qu’un rêve à la triste mémoire,
Comme vous, ô Ninive, ô Thèbes, ô Memphis !

Bevaix, 28 août 1882

Alice De Chambrier
(1861-1882)
Évolutions

• fleursdumal.nl magazine

More in: Alice De Chambrier, Archive C-D, Archive C-D, Chambrier, Alice De


Alice De Chambrier: Ruines

Ruines

« Et des larves de murs
sous des spectres de tours. »
VICTOR HUGO

J’ai vu comme l’on voit quelquefois dans un rêve,
Une immense Cité près d’une immense grève,
Avec des dômes d’or et des palais géants,
Des temples incrustés de mille diamants,
Que quatre grands Lions aux roussâtres crinières,
Menaçant le soleil de leur têtes altières,
Depuis quinze cents ans, immobiles, gardaient.
Et celle ville-là, des peuples l’habitaient.
Faisant retenir l’air de leurs clameurs joyeuses
Où l’Océan mêlait ses voix tumultueuses.
… Plus tard j’ai repassé devant cette cité,
Et voulant la revoir, je m’y suis arrêté ;
Mais à peine mes pas ont foulé sa poussière
Que devant mes regards elle s’est tout entière
Écroulée -et n’est plus qu’une ruine immense
Dont le cri des Vautours trouble seul le silence.

J’ai vu dans un jardin une brillante Fleur ;
De l’amour elle avait emprunté la couleur,
Et mille papillons voltigeant autour d’elle,
L’effleuraient en passant d’un baiser de leur aile.
Un Rossignol, caché dans ses légers rameaux.
Lui chantait, radieux, tous ses chants les plus beaux,
Et même osait parfois, plein d’allégresse folle.
Poser son bec rosé sur la rose corolle.
… Plus tard j’ai repassé devant le beau jardin.
Je voulais voir la fleur, connaître son Destin ;
Mais elle n’était plus que ruine légère
Et le rossignol mort reposait sur la terre.

J’ai vu l’Homme mortel, debout, superbe et grand,
Lever la tête au Ciel et marcher confiant ;
Beau comme le Soleil, tout baigné de lumière,
Il semblait être un dieu ! -n’était qu’un éphémère.
… Plus tard j’ai repassé pour le revoir encor.
Mais je n’ai plus trouvé qu’un fantôme de mort,
Une ruine affreuse en une solitude
Où quelques noirs Serpents vivent en quiétude.

J’ai vu tout l’Univers de splendeur rayonnant
Et le crus immortel, puisqu’il était si grand.
… Illusion ! lui-même, hélas ! ruine immense,
Errera quelque jour dans l’éternel Silence
Des déserts azurés, entraînant avec lui
Tous ces vivants d’hier, décombres aujourd’hui.
Et dans quelque infini, porte d’un autre Espace,
Il ira s’engouffrer sans laisser nulle trace.

Hélas ! et c’est en vain que j’ai partout cherché
Un lieu qui ne fût point par la mort entaché.
Partout sur mon chemin, des Spectres et des Ombres,
Des vestiges détruits sous des profondeurs sombres
Ont surgi devant moi, puis m’ont dit lentement :
« Il n’est que l’Inconnu qui ne soit pas néant. »

Juin 1879

Alice De Chambrier
(1861-1882)
Ruines

• fleursdumal.nl magazine

More in: Alice De Chambrier, Archive C-D, Archive C-D, Chambrier, Alice De


Alice De Chambrier: Sérénade

 

Sérénade

S’il vous fallait un coeur, mignonne,
Un coeur pour vous aimer beaucoup,
Le mien n’appartient à personne,
Il vous aime par dessus tout.

S’il vous fallait un coeur, mignonne,
Un coeur à vous, tout entier
Le mien n’appartient à personne
Un mot de vous peut le lier.

S’il vous fallait un coeur, mignonne,
Un coeur pour vous en amuser
Le mien n’appartient à personne
Il est à vous pour un baiser.

S’il vous fallait un coeur, mignonne,
Un coeur pour après l’oublier
Le mien n’appartient à personne
Vous pouvez le mystifier.

Mais pourtant, sachez-le, mignonne,
Si ce coeur était méprisé
Il ne croirait plus en personne
Car du coup vous l’auriez brisé.

Alice De Chambrier
(1861-1882)
J’aurai vingt ans demain. . .

• fleursdumal.nl magazine

More in: Alice De Chambrier, Archive C-D, Archive C-D, Chambrier, Alice De


Alice De Chambrier: J’aurai vingt ans demain. . .

 

J’aurai vingt ans demain . . .

J’aurai vingt ans demain! Faut-il pleurer ou rire?
Saluer l’avenir, regretter le passé,
Et tourner le feuillet du livre qu’il faut lire,
Qu’il intéresse ou non, qu’on aime ou soit lassé?

Vingt ans, ce sont les fleurs toutes fraîches écloses,
Les lilas parfumés dans les feuillages verts,
Les marguerites d’or et les boutons de roses
Que le printemps qui fuit laisse tout entr’ouverts….

Mais c’est aussi parfois l’instant plein de tristesses
Où l’homme, regrettant les jours évanouis,
Au seuil de l’inconnu tout rempli de promesses
Sent des larmes au fond de ses yeux éblouis!

Pareil au jeune oiseau qui doute de son aile
Et n’ose s’élancer hors du nid suspendu,
Il hésite devant cette route nouvelle
Qui s’ouvre devant lui pleine d’inattendu.

L’oeil a beau ne rien voir de triste sur la route;
Malgré le gai soleil, les oiseaux et les fleurs,
Le coeur parfois frissonne et dans le calme écoute
Une lointaine voix qui parle de malheur.

Alice De Chambrier
(1861-1882)
J’aurai vingt ans demain. . .

• fleursdumal.nl magazine

More in: Alice De Chambrier, Archive C-D, Archive C-D, Chambrier, Alice De


Alice De Chambrier: Chanson Du Soir

Alice De Chambrier

(1861-1882)

 

Chanson Du Soir

Sur nos fronts déployant ses ailes,

La nuit aux yeux rêveurs étend

Son voile émaillé d’étincelles

Comme la robe d’un sultan.

 

Le lac enveloppe ses grèves

D’un long baiser rempli d’amour:

Le monde s’abandonne aux rêves

Qui naissent au déclin du jour.

 

L’âme s’envole sur la trace

D’un nuage au reflet vermeil,

Qui fuit tout joyeux dans l’espace

A la poursuite du soleil.

 

Elle franchit les monts tranquilles,

Qui vont songeurs dans l’infini

Perdre leurs sommets immobiles

Où les grands aigles font leur nid.

 

Elle sourit aux vertes plaines

Où paissent les troupeaux joyeux,

Écoute les chansons lointaines

Qui montent dans l’azur des cieux;

 

Elle se penche sur les rives

Des grands fleuves au bord glissant,

Et dont les ondes fugitives

A l’inconnu vont en dansant;

 

Elle effleure les sombres plages

Où, contre les rochers géants,

Viennent avec des cris sauvages

Mourir les flots des océans;

 

Elle erre sur les forêts vierges,

Passe au-dessus des hauts palmiers

Dont les troncs droits semblent les cierges

D’un temple aux immenses piliers….

 

Et, quittant les terres connues,

Elle s’en va, d’un seul élan,

Au delà des rapides nues,

Dans le grand ciel étincelant.

 

Puis elle s’arrête, indécise,

Croyant reconnaître, égaré

Dans un murmure de la brise,

Un timbre de voix adoré….

 

Doux souvenir d’êtres qu’elle aime,

Partis pour des lieux inconnus,

Et qui, depuis l’heure suprême,

Ne sont, hélas! pas revenus!…

 

Et l’âme, triste, se réveille,

Frissonnant dans l’ombre du soir:

Le nuage à l’aile vermeille

A disparu dans le ciel noir… 

 

1880

 

Alice De Chambrier poetry

Chanson Du Soir

• fleursdumal.nl magazine

 


More in: Alice De Chambrier, Archive C-D, Chambrier, Alice De


Thank you for reading FLEURSDUMAL.NL - magazine for art & literature