In this category:

Or see the index

All categories

  1. CINEMA, RADIO & TV
  2. DANCE
  3. DICTIONARY OF IDEAS
  4. EXHIBITION – art, art history, photos, paintings, drawings, sculpture, ready-mades, video, performing arts, collages, gallery, etc.
  5. FICTION & NON-FICTION – books, booklovers, lit. history, biography, essays, translations, short stories, columns, literature: celtic, beat, travesty, war, dada & de stijl, drugs, dead poets
  6. FLEURSDUMAL POETRY LIBRARY – classic, modern, experimental & visual & sound poetry, poetry in translation, city poets, poetry archive, pre-raphaelites, editor's choice, etc.
  7. LITERARY NEWS & EVENTS – art & literature news, in memoriam, festivals, city-poets, writers in Residence
  8. MONTAIGNE
  9. MUSEUM OF LOST CONCEPTS – invisible poetry, conceptual writing, spurensicherung
  10. MUSEUM OF NATURAL HISTORY – department of ravens & crows, birds of prey, riding a zebra
  11. MUSEUM OF PUBLIC PROTEST- photos, texts, videos, street poetry
  12. MUSIC
  13. PRESS & PUBLISHING
  14. REPRESSION OF WRITERS, JOURNALISTS & ARTISTS
  15. STORY ARCHIVE – olv van de veestraat, reading room, tales for fellow citizens
  16. STREET POETRY
  17. THEATRE
  18. TOMBEAU DE LA JEUNESSE – early death: writers, poets & artists who died young
  19. ULTIMATE LIBRARY – danse macabre, ex libris, grimm and others, fairy tales, the art of reading, tales of mystery & imagination, sherlock holmes theatre, erotic poetry, the ideal woman
  20. ·




  1. Subscribe to new material:
    RSS     ATOM

Archive I-J

· Tyehimba Jess: Olio · James JOYCE: Simples · James JOYCE: Nightpiece · James JOYCE: I Hear an Army · MAX JACOB: Contes · MAX JACOB: Cimetière · JEAN JAURÈS: Dans le bleu · MAX JACOB: ROMANCE · MAX JACOB: DÉSIR · MAX JACOB: ADIEUX · JEAN JAURÈS: LA COULEUR FILLE DE LA LUMIÈRE · MAX JACOB: LA GUERRE

»» there is more...

Tyehimba Jess: Olio

 

With ambitious manipulations of poetic forms, Tyehimba Jess presents the sweat and story behind America’s blues, worksongs and church hymns.

Part fact, part fiction, Jess’s much anticipated second book weaves sonnet, song, and narrative to examine the lives of mostly unrecorded African American performers directly before and after the Civil War up to World War I. Olio is an effort to understand how they met, resisted, complicated, co-opted,

Tyehimba Jess is the author of leadbelly and the Pulitzer Prize–winning Olio. leadbelly was a winner of the 2004 National Poetry Series. Library Journal and Black Issues Book Review both named it one of the “Best Poetry Books of 2005.” Jess’s second book, Olio, won the 2017 Pulitzer Prize in Poetry, the 2017 Anisfield-Wolf Book Award in Poetry, and the 2017 Book Award for Poetry from the Society of Midland Authors. It was also a finalist for the 2016 National Books Critics Circle Award, 2017 PEN/Jean Stein Book Award, and the 2017 Kingsley Tufts Poetry Award. Library Journal called it a “daring collection, which blends forthright, musically acute language with portraiture” and Publishers Weekly, in a starred review, called it “Encyclopedic, ingenious, and abundant” and selected it as one of the five best poetry books of 2016.

Jess, a Cave Canem and NYU alumnus, received a 2004 Literature Fellowship from the National Endowment for the Arts, and was a 2004-2005 Winter Fellow at the Provincetown Fine Arts Work Center. Jess is also a veteran of the 2000 and 2001 Green Mill Poetry Slam Team, and won a 2000 – 2001 Illinois Arts Council Fellowship in Poetry, the 2001 Chicago Sun-Times Poetry Award, and a 2006 Whiting Fellowship. He exhibited his poetry at the 2011 TEDxNashville Conference. Jess is the Poetry and Fiction Editor of the African American Review and is Associate Professor of English at College of Staten Island.

Jess’ fiction and poetry have appeared in anthologies such as Angles of Ascent: A Norton Anthology of Contemporary African American Poetry, Beyond The Frontier: African American Poetry for the Twenty-First Century, Role Call: A Generational Anthology of Social and Political Black Literature and Art, Bum Rush the Page: A Def Poetry Jam, Power Lines: Ten Years of Poetry from Chicago’s Guild Complex, Slam: The Art of Performance Poetry. His poetry has appeared in journals such as American Poetry Review, Brilliant Corners, Ploughshares, Obsidian III: Literature in the African Diaspora, Warpland: A Journal of Black Literature and Ideas, Mosaic, American Poetry Review, Indiana Review, Nashville Review and 580 Split.

A tremendous, and tremendously accessible, book of poetry.
Molly McArdle, Brooklyn Magazine

[Olio is] something people who care for the music, or for African American cultural history, will read and reread, whether or not they notice its ambitious expansions of what has been possible for the contemporary poem.
Stephen Burt, American Poets

OLIO
By Tyehimba Jess
Publication Date: April  2016
Publisher: Wave Books
Website: https://www.wavepoetry.com/
ISBN# 9781940696201 (7×10 224pp, paperback)
ISBN# 9781940696225 (7×10 224pp, limited edition hardcover)

PAPERBACK TEMPORARILY SOLD OUT – Books will be back in stock in June. This includes both paperback and a limited number of hardcover copies. Preorders are currently open for the hardcover below; just place your hardcover order, and we will ship the book to you in June. Paperbacks can be ordered once the book is back in stock.

fleursdumal.nl magazine

More in: - Book News, Archive I-J, Art & Literature News


James JOYCE: Simples

James Joyce
Simples

O bella bionda,
Sei come l’onda!

Of cool sweet dew and radiance mild
The moon a web of silence weaves
In the still garden where a child
Gathers the simple salad leaves.

A moondew stars her hanging hair
And moonlight kisses her young brow
And, gathering, she sings an air:
Fair as the wave is, fair, art thou!

Be mine, I pray, a waxen ear
To shield me from her childish croon
And mine a shielded heart for her
Who gathers simples of the moon.

James Joyce (1882 – 1941)
Simples
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Joyce, James, Joyce, James


James JOYCE: Nightpiece

James Joyce
Nightpiece

Gaunt in gloom,
The pale stars their torches,
Enshrouded, wave.
Ghostfires from heaven’s far verges faint illume,
Arches on soaring arches,
Night’s sindark nave.

Seraphim,
The lost hosts awaken
To service till
In moonless gloom each lapses muted, dim,
Raised when she has and shaken
Her thurible.

And long and loud,
To night’s nave upsoaring,
A starknell tolls
As the bleak incense surges, cloud on cloud,
Voidward from the adoring
Waste of souls.

James Joyce (1882 – 1941)
Nightpiece
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Joyce, James, Joyce, James


James JOYCE: I Hear an Army

James Joyce
I Hear an Army

I hear an army charging upon the land,
And the thunder of horses plunging; foam about their knees:
Arrogant, in black armour, behind them stand,
Disdaining the reins, with fluttering whips, the Charioteers.

They cry into the night their battle name:
I moan in sleep when I hear afar their whirling laughter.
They cleave the gloom of dreams, a blinding flame,
Clanging, clanging upon the heart as upon an anvil.

They come shaking in triumph their long grey hair:
They come out of the sea and run shouting by the shore.
My heart, have you no wisdom thus to despair?
My love, my love, my love, why have you left me alone?

James Joyce (1882 – 1941)
I Hear an Army
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Joyce, James, Joyce, James


MAX JACOB: Contes

JACOB_MAX21

Max Jacob
(1876 – 1944)

Contes

Je me suis trompé d’étage
et de soirée mondaine.
Bah ! ce sera la même chose,
les gens se ressemblent,
l’appartement,
les meubles et le buffet.

Mais non ! ce sont des étrangers!
Vous croyez?
L’escalier!
on monte!
on redescend!
il est tard.
La soirée a bien changé d’aspect!
à l’autre étage aussi.

Au bord d’une herbe tendre
Je les ai vus passer
Et que faut-il comprendre
A les voir enlacés?
C’était un polyglotte
Du nom de
Rustifan
Et avait une grotte
Avec ses partisans.

Elle aime les dolmans.
J’aime les
Allemandes.
Nous aurons des enfants
Si
Dieu nous en demande.

Nous aurons des enfants
Faits par la propagande.
Nous aurons des enfants
Au linge damassé.

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


MAX JACOB: Cimetière

JACOB_MAX22

Max Jacob
(1876 – 1944)

 

Cimetière

Si mon marin vous le chassez
au cimetière vous le mettrez,
rose blanche,
rose blanche et rose rouge.

Ma tombe, elle est comme un jardin,
comme un jardin rouge et blanche,
Le dimanche vous irez,
rose blanche,
vous irez vous promener,
rose blanche et blanc muguet,

Tante
Yvonne à la
Toussaint

une couronne en fer peint
elle apporte de son jardin
en fer peint avec des perles de satin,
rose rouge et blanc muguet.

Si
Dieu veut me ressusciter
au
Paradis je monterai,
rose blanche,
avec un nimbe doré,
rose blanche et blanc muguet.

Si mon marin revenait,
rose rouge et rose blanche,
sur ma tombe il vient auprès,
rose blanche et blanc muguet.

Souviens-toi de notre enfance,
rose blanche,
quand nous jouions sur le quai,
rose blanche et blanc muguet.

 

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


JEAN JAURÈS: Dans le bleu

JAURES01_v1

Jean Jaurès
(1859 – 1914)

Dans le bleu

L’effort de la lumière pour percer l’obstacle s’exprime par le
rayon jaune et lui donne un sens ; l’effort de l’ombre pour venir
à nous à travers la lumière, en l’adoucissant et en s’y égayant,
s’exprime par le rayon bleu.
Il serait singulier, en effet, que la lumière bleue se manifes-
tât toujours quand un fond obscur est vu à travers la clarté, et
que ce fait-là n’eût point de signification. Quand un vase d’eau
claire est posé sur un fond noir, l’eau paraît bleuâtre. Dans les
rayonnantes journées d’été, l’ombre portée sur un mur blanc,
vu à distance, semble bleue : les montagnes noires, à mesure
qu’on s’en éloigne par un beau temps, bleuissent ; et lorsque,
au couchant, un nuage sombre, voisin du soleil, au lieu de s’in-
terposer entre lui et nous, reçoit à sa surface les rayons glis-
sants, il apparaît d’un bleu admirable et il se confond avec le
bleu même du ciel ; si bien que, quand le soleil se cache et que
le prestige s’évanouit, l’œil est étonné de trouver un pesant
nuage là où il n’avait cru rencontrer que la pureté profonde de
l’air. Le ciel qui, la nuit, quand il n’est éclairé que par les
étoiles, est noir, vu à travers la lumière du soleil, apparaît bleu.
Ainsi toutes les grandes manifestations de la couleur bleue
sont liées aux mêmes conditions ; est-ce là un fait fortuit ? Le
bleu, comme pour bien marquer son rapport à l’obscur, confine
au noir et au gris par une multitude de degrés. Le soir, une
partie du ciel est déjà noire qu’une autre partie est encore
bleue ; et il semble au regard qui en fait le tour qu’il passe
seulement d’un bleu plus clair à un bleu plus sombre. À mesure
qu’on s’élève en ballon vers les hauteurs du ciel, le bleu est
plus sombre et plus voisin du noir.

Jean Jaurès poésie
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jaurès, Jean


MAX JACOB: ROMANCE

JACOB_MAX23

Max Jacob
(1876 – 1944)

Romance

Je garde dans la solitude comme un pressentiment de toi.
Tu viens ! et le ciel se déploie, la forêt, l’océan reculent.

Tous deux le soleil nous désigne par-dessus la ville et les toits les fenêtres renvoient ses lignes les fleurs éclatent comme des voix.

Lorsque ton jardin nous reçoit, ta maison prend un air étrange: comme un reflet, la véranda nous accueille, sourit et change.

Les arbres ont de grands coups d’ailes derrière et devant les buissons.
La vague, au loin, parallèle, se met à briller par frissons.

Je garde dans la solitude comme un pressentiment de toi.
Tu viens ! et le ciel se déploie, la forêt, l’océan reculent.

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


MAX JACOB: DÉSIR

JACOB_MAX22

Max Jacob
(1876 – 1944)

Désir

Deux cous comme deux serpents
ne savent où ils se posent
deux baisers ferment la rose
ils ont la saveur du sang

Pays caché par l’habit
ce corps blanc qui me subit,
tu m’es la natale terre
de ma grêle et mon tonnerre

Qu’importe si l’enfer en tremble
si le ciel m’ôte pitié on meurt
de soif d’être ensemble
au même buisson liés

Bûche au foyer devient cendre!
et le désir de chacun?
la ferraille d’un scaphandre
sur un visage défunt

Aphrodite est la merveille
toujours nouvelle,
emplumée toujours espoir
se réveille qui toujours part en fumée

Quel refrain, la flatterie!
vain refrain deviendra gris
refrain de l’Avril mépris
Agenouille-toi et prie.

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


MAX JACOB: ADIEUX

JACOB_MAX23

Max Jacob
(1876 – 1944)

Adieux

Le canapé des deux bras tendus pour les adieux ! L’autre canapé, dos, celui des paupières rougies sur un coussin ! L’officier de spahis de l’aquarelle va de l’un à l’autre et la dame en velours noir en sens inverse. L’aquarelle n’est pas achevée. Celui qui m’enseigna cette horreur, les haines souriantes et les silences méprisants me dit : « Avant d’aller à Longchamp il faudra que j’achète à ma femme une bouteille de Bordeaux pour que je ne l’accompagne pas ». Et l’on jouait derrière le mur les grelots de Beethoven de la sonate : les Adieux! Adieux de ma jeunesse, quels espoirs et quels désespoirs près du vieux pont près de l’Enseigne marron qui surplombe la rivière de ses lettres blanches : Liqueurs, Vins, Spiritueux en tous genres. Quels troubles et quelles amertumes dans ces départs vers la misère interrompue. Reste le témoin de tous mes adieux.
Aquarelle inachevée et vous grelots de Beethoven redites-moi ces Adieux ! ceux que je fais au monde pour toujours sans doute.

La lune est morte ; elle ressuscite ; le soleil se couche et se lève. Quand il se couche, c’est une fête pour tous les démons de la nuit, ils allument des feux de Bengale dans le ciel et sur les glaciers. Quand il se lève, ce sont les anges qui apportent les rideaux afin qu’il fasse sa toilette dans les fleuves et son entrée dans les palais. La lune ne meurt qu’une fois par mois et chaque fois c’est un deuil complet.

*

La littérature chandail le style à la cuve.

*

Le paysan vient voir son père de quatre-vingt-trois ans, qui a fait une chute et a tout un côté paralysé :

— Je ne t’ai jamais rien appris et tu sais tout faire. Eh ! bien, ma montre : j’peux pas me retourner, j’peux plus voir l’heure. Accroche-la moi au mur, plante un clou près de ma tête. Là… Est-il bien solide, ton clou ?

— Tu peux y mettre cent kilos que le clou ne era pas.

— S’il peut porter cent kilos, il pourra bien porter une montre. J’aime bien ce qui est solide.

Ceci dit, il ferma les yeux et mourut.

*

Un critique bienveillant affirme que les héros de M’X… l’écrivain ont les trois dimensions. Moi, je prétends que s’ils n’ont pas la quatrième ils n’existent pas.

*

Pour toucher les hommes il faut être un homme. N.S.J.C. a créé et pratiqué cette vérité.

Les voici bien ! mais transfigurés par un séjour entre les livres.

*

Encore un peu plus bas ! plus au fond ! là, maintenant éloigne-les ! place-les au-dessus.

Dans le fameux tableau : la Justice et la Vengeance poursuivant le Crime, l’une des figures célestes tient une lampe à abat-jour vert, l’autre essaie d’ouvrir un parapluie malgré le vent.

*

Les enterrements fréquents sont les lieux où la ville entière se réunit et où se manifestent dans les cortèges les sympathies et naissent les antipathies.

Moïse B… est marié. Sa femme est partie après trois mois de mariage. La belle-mère seule compte dans la maison. Le fils était toujours près de sa mère, jamais avec sa femme.

*

On appelle éphémères des insectes qui ne peuvent ni se nourrir ni vivre n’ayant ni bouche, ni estomac.

#

Ne pas laisser les vaches dans le pâtis. Elles ont vite fait en un jour de le gâcher, de le manger, le fouler ; mais diviser le pâtis en parties, les enfermer dans un coin grillagé, le lendemain dans un autre. Les coins se refont et on remet ça la semaine suivante.

*

Jean emmène Jules voir sa fille à Paris dans son auto. Sa femme intervient : elle ne veut pas, fait observer que sa fille est en examen. Nous revoyons Jules très tenté, il donne en échange (car rien pour rien à la campagne) des légumes pour Germaine qui sera ravie.

C’est servi, les hommes ! si vous voulez boire maintenant, c’est le moment (propos de la femme du camionneur à des porteurs).

*

Dites-donc ! jeune homme ! Vous ne pourriez déranger votre cheval, on ne va pas pouvoir sortir de mon établissement —

Je suis autorisé à aller cueillir des artichauts dans le jardin du propriétaire. C’est une fête, une récréation, un régal.

*

Grand nombre d’alouettes dans les alentours de Jargeau. Jean Fraysse m’apprend que les alouettes pour sauver leurs petits font semblant d’aller les rejoindre ailleurs qu’ils ne sont. Le chasseur les suit. Les perdrix font de même. Samuel Buder fait allusion à ce fait dans ses aphorismes sur le mensonge quand il dit le mensonge naturel à l’univers.

Mr Lehman est un ancien gardien de la paix et huissier de ministre. Il raconte comme un cantonnier fit tant de barouf dans une antichambre qu’il obtint de Briand ce qu’il voulut.

Mme M… dont le mari est un ancien ouvrier sabotier devenu millionnaire.

« Ce Laval n’était jamais qu’un parvenu. »

La même ayant dit à une fille qu’elle était la fille

d’une cuisinière, celle-ci lui répondit : « Eh ! bien !

vous ne seriez pas même foutue de cuire un œuf à la

coque. »

*

Il salua la foule qui le fixait et une fois à terre fit une quête dans toutes les maisons. Le soir il était ivre mort.

Ces maisons au bord des fossés, quelle verdure, arbres et jardins ! Habiter là ! voir en se levant ces fruits, ces fleurs, ces oiseaux. Voilà où j’ai perdu ma matinée.

M’ Ch… à qui j’ai demandé la maison de la morte, m’a indiqué la maison de sa famille à lui soit avec intention soit parce que chacun est si préoccupé de soi-même, qu’il ne pense pas qu’autrui puisse penser à autre chose. Ces troix vieux ne pensent qu’à leur jardin et comme je les comprends. Nouvelles des uns et des autres, chacun parle de ses maladies et ne parle pas d’autre chose. Ici les gens ne vieillissent pas et se portent bien.

La maison de la morte ! il y a là une morte ? Les peupliers chantent, une barque était sur l’eau des fossés. « Non ! je ne voulais pas qu’on fasse le circuit dans mon atelier ! mes ouvriers le font en face ! “De la morte, pas question !” Il était temps qu’elle s’en aille. On n’a pas le droit de désirer la mort de quelqu’un, mais il valait mieux pour elle et pour tout le monde qu’elle s’en aille. » Et puis on a parlé « âges », « sciati-ques », « mariages », « naissances ». Et me revoici sous la pluie avec le souvenir de cet atelier de menuisier, cette odeur de bois frais, ces planches de bois précieux, ces jolis vieux meubles à réparer, ces meubles neufs pas encore colorés, les copeaux à terre. Les murs sont antiques avec des poutres rejointes par de la chaux, poutres tordues, grimaçantes et des recoins mystérieux. Dehors la verdure et les peupliers qui chantent. C’est tout au bout du bourg céleste. L’après-midi le fils promenait en toilette d’enterrement d’ailleurs des triangles de bois sculptés…

Les hommes qui disent le plus de mal des femmes sont ceux qui les ont le plus pratiquées. Ceux qui les respectent, trop seuls, en disent du bien. Ils ont raison.

*

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


JEAN JAURÈS: LA COULEUR FILLE DE LA LUMIÈRE

JAURES02_v1

Jean Jaurès
(1859 – 1914)

La Couleur Fille De La Lumière

Pourquoi la couleur ne serait-elle pas un produit de notre sphère? Pourquoi ne supposerait-elle pas des conditions qui ne soient pas réalisées dans  l’indifférence de l’espace infini? Elle ne se manifeste aux sens qu’à la rencontre de la lumière et de ce qui est essentiellement contraire à la lumière, les corps résistants. Pourquoi donc supposer qu’elle est déjà contenue dans la lumière? On a la ressource de dire qu’elle s’y cache et qu’elle attend, pour se montrer, que la libre expansion de la clarté rencontre un obstacle. Mais il est permis de penser aussi que ce qui se cache si bien n’existe pas encore ; la couleur est fille de la lumière et de notre monde corporel et lourd. Pourquoi en appesantir la lumière elle-même dans son expansion une et simple à travers l’infini? Quel sens auraient le vert et le rouge dans les espaces indifférents? Ici ils résultent de la vie et ils l’expriment dans son rapport avec la lumière; hors de la sphère vivante, ils n’ont pas de sens . . .

Par les couleurs, la lumière fait amitié avec notre monde: la couleur est le gage d’union; la matière pesante peut enrichir l’impondérable en manifestant d’une manière éclatante ce qui se dérobait en lui; l’obscurité, en faisant sortir les couleurs de la lumière, lui vaut, dans notre sphère, un joyeux triomphe; et la lumière en même temps, en s’unissant à la matière pesante dans la couleur, l’allège et l’idéalise: rien ne demeure stérile; tout fait œuvre de beauté. Les molécules dispersées dans l’air nous donnent les splendeurs du couchant; l’obscurité infinie des espaces vides, se répandant dans la clarté du jour, l’adoucit en une charmante teinte bleue; le mystère même de la nuit et la brutalité de la lumière, saisis au travers l’un de l’autre et l’un dans l’autre, conspirent à une merveilleuse douceur: le jour manifeste la nuit; car, plus la lumière est abondante et pure, plus le ciel est profond, et plus le regard devine l’immensité des espaces qui sont au delà; et le soir, quand le voile de clarté tombe pour laisser voir la nuit à découvert, on la trouverait bien vulgaire et bien triste, si elle ne s’emplissait lentement d’un autre mystère.

Devenue expressive dans la couleur, la lumière s’est rapprochée du son: elle peut concourir avec lui à manifester l’âme des choses; tandis qu’un son qui s’élèverait dans la pure clarté serait comme une voix dans le désert, sans rien qui la soutienne ou lui réponde, les sonorités du monde s’harmonisent à ses splendeurs. La magnificence ou la tristesse des teintes correspond à la plénitude joyeuse ou à la douceur voilée des sons: la lumière, dans sa lutte et son union avec l’obscurité, est devenue dramatique, et elle s’accorde avec un monde où tout est action; l’ombre, en pénétrant dans la clarté, y a glissé d’intimes trésors de mélancolie que le bleu pâlissant du soir communique à l’âme, et la sérénité impassible de la clarté pure est devenue, au contact de l’ombre qu’elle dissipe en s’y transformant, quelque chose de plus humain, la joie.

Jean Jaurès poésie
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jaurès, Jean


MAX JACOB: LA GUERRE

JACOB_MAX22

Max Jacob
(1876 – 1944)

La Guerre

Quand le soleil est en colère,

les vagues de la mer vont plus vite,

les nuages du ciel se dépêchent.

Les yeux du
Sage s’exorbitent

le nombril de
Bouddha était

comme une coupe vide : la coupe maintenant

déborde

Max Jacob poetry
fleursdumal.nl magazine

More in: Archive I-J, Jacob, Max


Older Entries »

Thank you for reading FLEURSDUMAL.NL - magazine for art & literature